RGS

Partout les forêts disparaissent. La biodiversité est en péril. Le climat change.

Le monde de demain sera très différent de celui d’aujourd’hui et nous devons trouver une manière de survivre. Si nous voulons répondre à l’appel de la Charte de la Terre de “Protéger et rétablir l’intégrité des systèmes écologiques de la Terre, en particulier la diversité biologique“ et de “Restreindre et éliminer les organismes génétiquement modifiés ou exogènes nuisibles aux espèces indigènes et à l’environnement“ en même temps que nous avançons vers le futur, nous devons commencer à garder nos semences.

La Red de Guardianes de Semillas (RGS, en français “Réseau des gardiens de semences”) en Equateur a débuté avec ça pour but. Durant le 20ième et le 21ième siècle, le monde a perdu 70% des variétés de semences traditionnelles (par opposition aux semences industrielles comme celles de Monsanto par exemple). Aujourd’hui, nous perdons 5 variétés de semences traditionnelles par jour. Si nous parlons sérieusement de développer l’agriculture biologique, la permaculture, l’agro-écologie pour nous adapter au futur mais que nous n’avons pas la flexibilité de la semence traditionnelle, nous n’y arriverons jamais.

Comme le dit Javier Carrera de RGS “Il est impossible de développer une véritable agriculture bio ou agro-écologique [avec des semences industrielles] parce qu’il faudra toujours les acheter de l’industrie dont on dépendra. Et aussi parce qu’elles sont tellement uniformes qu’on ne peut pas les adapter à notre système productif.”

Le concept de la RGS est beau de simplicité. Quiconque a un jardin peut y participer, il ne faut pas d’expérience ni de connaissances préalables. Si on a un peu d’espace, même un balcon, on peut planter au moins une espèce, et puis la laisser monter en graine. Lorsqu’on récolte les semences, il suffit de les amener à une banque de semences locale et de leur donner les semences dont on n’a pas besoin pour soi-même. En échange, on a accès à toutes les semences produites par les autres membres du réseau, toutes codées par zone climatique, altitude, et autres détails importants à propos des plantes.

Il y a des réseaux similaires qui agissent un peu partout dans le monde pour préserver les semences traditionnelles, souvent de variétés spécifiques qui sont en danger de disparition et qui doivent absolument être plantées.

Parti de l’initiative de 4 amis réunis dans un café à Quito, la RGS recouvre aujourd’hui toute la région du Sud de la Colombie jusqu’au nord du Pérou. Personne ne sait exactement combien de membres compte le réseau (dans d’autres parties du monde, les gardiens de semences subissent des pressions légales et politiques énormes de la part de l’agribusiness – comme l’illustre le cas de la France et son fameux Réseau des gardiens de semences Kokopelli dont le président a été emprisonné trois fois et sa serre détruite au lance-flammes par la police- et même si l’Equateur n’a pas encore connu ce genre de répression, aucun registre officiel n’est gardé par mesure de précaution), Javier estime cependant qu’entre 1500 et 2000 personnes bénéficie du travail du Réseau.

Il est indéniable cependant que ce nombre est trop bas. Si en effet 1500 à 2000 personnes interagissent avec la RGS, le fait est que ce sont les 7 milliards d’individus sur cette planète qui bénéficient de l’incroyable diversité génétique contenue dans les semences. Chaque variété traditionnelle est le résultat d’années, voire de siècles, de travail de paysans à travers le monde, et les préserver est essentiel pour notre futur à tous.

Donc, la prochaine fois que vous cuisinez des légumes bio, de variété traditionnelle, enlevez les semences et mettez-les de côté. Si vous avez un jardin, ou même un appui de fenêtre, vous pouvez aussi devenir un gardien de semences, vous pouvez aussi sauver la planète!

6 Responses to RGS

  1. Pingback: Latest News | permacyclists

  2. Dan says:

    Awesome. Love the message, music, editing, and visually your best video yet. Must have been awesome to visit that part of Ecuador.

  3. Kathryn Meyer says:

    i think this is your best video so far. It is visually beautiful, a pleasure to watch. Very professional.

  4. Gordon Magill says:

    This is an endeavor close to my gardener’s heart! I have bought seeds from seed banks, but the idea of saving them to start your own is new. So this is wonderful news about what Red de Guardianes de Semillas is doing…may it spread like a forest fire! Love the twist on “Red Guards,” …a new sort of cultural revolution!
    Looking forward to more news and photos from Brazil, one of my favorite places to visit someday!
    Best wishes from Gordon and Linda Marie

  5. Katy Meyer says:

    This is a great video, guys. I love it. The editing of the interviews and footage is great, and the shots of the seeds are so beautiful. Can’t wait to hear news from Brazil, hope it’s tudo bem down there!

    Lots of love,
    Katy

  6. Pingback: The end? | permacyclists

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>