Déchets

Les déchets en 3 chiffres:

1. Du champ de l’agriculteur jusqu’à l’assiette du consommateur en passant par les supermarchés et autres intermédiaires, jusqu’à 50% de la nourriture produite est jetée. (source: “Waste: uncovering a global scandal” de Tristram Stuart)

2. Au Royaume-Uni, 20 millions de tonnes de déchets alimentaires sont produits chaque année. (source: Rapport du CRIOC sur le gaspillage)

3. Réduire les surplus de nourriture dans le monde développé pourrait libérer jusqu’à un cinquième des terres arables disponibles – soit 5 fois plus que ce qu’il serait nécessaire pour éliminer la faim et la malnutrition dans le monde. (source: “Waste: uncovering the global scandal” de Tristram Stuart)

Les solutions

Heureusement, les solutions au problème des déchets et du gaspillage en général sont très simples. Réduire, Réutiliser et Recycler – les trois R de l’environnementalisme- et probablement le slogan écolo le plus connu.

Réduire – eu égard au montant incroyable de déchets qui émane du processus de production de n’importe quel objet plus ou moins sophistiqué, le plus simple pour réduire les déchets est de moins consommer. Alors oui, cela veut dire des voitures qui consomment moins d’essence, mais cela veut aussi dire moins de voitures, plus de voitures partagées, et garder la voiture qu’on a pour plus longtemps. La même chose vaut pour les téléphones portables, les ordinateurs, etc. Cela veut dire apporter des sacs réutilisables au (super)marché, cela veut dire diminuer la température sur le thermostat et penser au mini-split AC si vous vivez dans un climat très chaud- le mieux étant évidemment d’incorporer les principes de la passivité solaire si vous faites construire.

Réutiliser –  les concepts “jetable” et ”obsolescence planifiée” devraient disparaître du dico et de notre façon de penser. Ils devraient être remplacés par des concepts tels que “Cradle to Cradle” ou de “Berceau à Berceau” plutôt que la méthode de production actuelle qui est “de Berceau à Tombeau”. Le concept de Cradle to Cradle (ou C2C) incite les entreprise à produire des objets qui peuvent être réutilisés ou recyclés à l’infini. Cela permet de gaspiller moins de ressources sans pour autant sacrifier le profit. Au niveau de la réutilisation, nous avons énormément à apprendre des pays les moins riches où les objets sont utilisés jusqu’à leur mort pour ensuite être entièrement déconstruits pour récupérer ce qui peut l’être et donc être réutilisé sous une autre forme.

Recycler –  C’est dans cet aspect de l’activisme environnemental que la créativité humaine a tout le pouvoir. Prenons les canettes de soda, l’un des millions d’objets que nous jetons tous les jours: il est possible de faire des colliers, des boucles d’oreilles, des ceintures, des lampes et même des chaises avec les languettes! Il y a aussi un système de chauffage solaire qui fonctionne notamment au Canada et qui est construit à partir de canettes de soda mises les unes dans les autres, peintes en noir et mise sur le toit, il suffit d’attacher un petit ventilateur à l’ensemble pour pouvoir chauffer sa maison pour trois fois rien! En Zambie, nous avons vu des petites lanternes de kérosène et à Bruxelles, nous avons appris à construire des mini-réchauds à alcool, le tout fait à partir de canettes de soda.

Finalement, la solution est comme bien souvent entre les mains du consommateur, càd nous! Il faut à tout prix éviter le gaspillage. Un bon truc est par exemple de toujours faire une liste avant d’aller faire les courses, une fois au supermarché, essayer d’acheter les produits les moins retravaillés possibles. Penser à n’acheter que ce qu’on mange et de manger ce qu’on achète. Dans votre restaurant préféré, si celui-ci a tendance à servir de trop grandes portions, vous pouvez demander au chef de proposer une plus petite portion pour un plus petit prix. Au supermarché toujours, vous pouvez aussi adresser une plainte polie sur la quantité de plastic utilisée pour emballer une pomme. Et puis il y a mille et un trucs de simplicité volontaire qui, s’ils sont adoptés par un maximum d’entre nous, peuvent certainement changer les choses.

Evidemment, il faut comme toujours une bonne dose de volonté pour parvenir à se guérir de la maladie du gaspillage dont nous souffrons tous. Parfois cela aide de se souvenir qu’une bonne habitude prend plus ou moins 60 jours à se mettre en place et qu’il n’y a que le premier pas qui coûte!

Visitez un projet:

Entre Amigos

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>