La Tanzanie

Faire du vélo en Tanzanie est un vrai plaisir et c’est une destination facile pour un voyage à vélo de courte durée. Les gens sont extrêmement  sympathiques et accueillants, le pays n’est pas du tout surpeuplé, la nature est assez jolie (surtout en février mars avril où tout est bien vert) et il y a même des régions qui sont assez plates.

Nous avons pédalé pendant la saison des pluies mais nous n’avons vu des pluies que lorsque nous sommes arrivés à Dar es Salaam début avril. Je peux imaginer que beaucoup de pistes deviennent impraticables lorsqu’il pleut beaucoup mais nous n’avons presque pas rencontré ce problème. Par contre, il fait beaucoup plus chaud en Tanzanie que dans les autres pays traversés avant et nous avons vraiment dû prendre des mesures pour se protéger du soleil (je bronzais à travers mon t-shirt!) et pour bien s’hydrater (c’est essentiel mais c’est plus difficile à dire qu’à faire. Nous nous sommes donc fixés comme règle de boire une gourde d’eau avant de commencer la journée, puis une par heure et ensuite encore une gourde après s’être arrêtés + thé,soda etc que l’on buvait en cours de route).

Le trajet: Nous sommes entrés sans encombres du Rwanda (Rusumu Falls). Le visa de 3 mois était à 50$ pour moi et 100$ pour Dave. Nous avons suivi la route asphaltée jusqu’à Singida en passant par Kahama. De Singida nous avons pris la piste qui va vers le Sud et qui va jusqu’à Kondoa via Kwamtoro. Nous vous déconseillons formellement cette route (mouches tsétsé notamment) et je pense qu’il est mieux d’emprunter la piste qui part vers le Nord pour aller jusqu’à Babaati puis de redescendre vers Kondoa. De Kondoa nous avons traversé la steppe Maasai via la piste qui va jusqu’à Handeni. Ensuite nous avons suivi la grand route pavée qui va d’Arusha à Dar en passant par Msate et Mkata. Là nous avons été sur Bagamoyo et puis une demi-journée jusqu’à Dar.

Les routes: Les chinois ont construit de belles routes pavées qui sont en très bon état. Toutefois, peu de routes sont pavées et il est toujours surprenant de voir de grandes villes qui ne sont joignables que par piste. Les pistes sont en très mauvais état généralement: bancs de sable, cailloux flottants à la surface de la route, boue et route en tôle ondulée rendent les trajets sous une chaleur accablante parfois difficiles. Les collines n’ont rien à voir avec celles de l’Ouganda ou du Rwanda ce qui n’est pas plus mal.

Chiens et autres animaux:  Pas de problème en particulier mais nous avons vu des traces de lions (ou autre gros félin) le long de la route qui va de Kwamtoro à Kondoa.

Food:  Wali na maharage (riz et haricots) plus ou moins deux fois par jour. Parfois il y a des chapati (crêpe grasse) plutôt que du riz, parfois Dave agrémentait son assiette avec un morceau de viande (chèvre généralement). Pour les petits-déjeuners et les pauses de 10 heures et de 16 heures il y a des chapati et des mandazi (beignet non sucré).

Une spécialité tanzanienne est le chipsi na mayai (une omelette cuite avec des frites). C’est bon comme vous pouvez l’imaginer mais c’est à manger uniquement les jours où vous avez fait beaucoup de vélo!

Dormir: Nous avons fait pas mal de bushcamping même si parfois nous avons pris des risques en plantant la tente dans des endroits plus fréquentés. Nous n’avons dû démonter la tente qu’une fois lorsqu’une lampe de poche nous éclairait et que personne ne s’est montré lorsque nous sommes sortis de la tente…Nous plantions la tente après le coucher du soleil et partions vers 5h30 du matin. Ceci nous permettait aussi de commencer nos journées très tôt et de faire l’essentiel du pédalage avant 11 heures du matin où il commence à faire beaucoup trop chaud pour pédaler.

Nous avons parfois logé dans des guesthouse (qui coûte genre 2 euros la nuit). Il y a à manger et à boire. Certaines guesthouses sont très simples mais d’autres sont de véritables trous à rats. Parfois, il n’y a juste pas le choix! Sinon, pour nos journées de repos nous sommes toujours parvenus à trouvé des hôtels neufs et très propres où pour 6 euros nous avions une grande chambre, lit double, ventilateur, salle de bain, moustiquaire et télé.

Le coût de la vie: Le Lonely Planet disait que la Tanzanie était le pays le plus cher de la région. Nous n’avons rien fait de touristique cependant et nous avons pu vivre avec moins de 6 euros par jour lorsque nous pédalions et rester à 20 euros maximum dans les grandes villes comme Dar (où nous logions chez des amis et des amis d’amis).

L’accueil par la population: Les Tanzaniens sont charmants, chaleureux et accueillants. Nous n’avons jamais compris les expats qui se plaignaient d’eux! Nous avons entendu “Karibu!” (bienvenue!) partout où nous sommes allés et tout le monde nous a traité avec respect. Nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité non plus. Il est vraiment utile de connaître un peu le Kiswahili avant d’aller en Tanzanie, les portes s’ouvrent encore plus grandes! 

One Response to La Tanzanie

  1. Pingback: Permacyclists » Tanzania

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>