London Calling

(photos sur le page de photos!)

Nous voici enfin arrivés à Londres mais ce ne fut pas sans encombres…

Celui qui a dit que mon pays était plat, n’a manifestement jamais fait de vélo dans les Ardennes flamandes!

Nous sommes donc partis le 17 novembre avec quelques heures de retard vu que nous avions encore quelques démarches administratives à faire…

Enfin, les 45 premiers kilomètres jusqu’à Grammont (Geraardsbergen) nous permettent d’évacuer ces derniers mois de course effrénée. Pris dans une tempête locale, nous demandons l’hospitalité dans une petite ferme. Le couple d’agriculteurs est très sceptique mais nous laisse camper dans leur jardin. Trempés et frigorifiés, nous passons notre première nuit de voyage en nous couchant à 19h30.

Le deuxième jour fut un vrai challenge pour un trajet en vélo en Belgique. Collines importantes, vent de face à 6.000 beaufort et la première crevaison de Dave nous rappellent que prendre l’avion à Londres, ça se mérite!

J’ai en effet écrit “crevaison de Dave”. Vous vous souviendrez que Dave a eu 17 crevaisons en l’espace de 5 semaines lors de notre premier voyage à vélo en été 2008 (à titre de comparaison, je n’en ai eue qu’une, et encore, c’était parce qu’on était obligés de marcher le long d’une route pleine de morceaux de verre parce que Dave avait un pneu crevé). Nous avons donc acheté cher et vilain les fameux Schwalbe Marathon XR en Kevlar (matière dont on fait les gilets par-balles) dont nous avions tant rêvés! Grâce à ses pneus, plus de crevaisons! Nous avions même rencontré un couple cyclotouriste en Turquie qui avait parcouru 15.000 km (!) sans problème!

Au kilomètre 92,7 cependant, les choses tournent mal. Un petit truc métallique perce le fameux kevlar et la chambre à air. J’ai essayé de rationaliser ce phénomène pendant de nombreuses semaines. Comment Dave fait-il pour avoir tout ces ennuis alors que nous parcourons exactement les mêmes routes à quelques minutes voire secondes d’intervalle? Je n’ai toujours pas de réponse mais en tout cas, j’ai obligé Dave à me promettre qu’il allait acheter deux pneus et deux chambre à air de rechange.

Cette journée un peu pénible s’est finalement achevée par la rencontre merveilleuse d’un couple de fermiers, Béatrice et Frans, qui ont une petite exploitation agricole de 30 hectares avec 120 cochons et 35 vaches juste au Nord de Courtrai.

Ils nous invitent à venir boire un verre dans leur petite maison toute cosy et nous parlons de l’agriculture qui va mal, des difficultés qu’ils rencontrent au quotidien parce qu’ils sont “petits” et que la   Banque ne cesse de leur rappeler qu’ils devraient investir 40 millions pour faire un vrai élevage de porcs de minimum 500 têtes. Ils travaillent nuit et jour pour faire péniblement face aux frais mais ils sont fondamentalement heureux de pouvoir travailler la terre.

Le trajet Courtrai – Dunkerque était parfait. Le ciel était bleu, le vent calme et nous rencontrons en l’espace de quelques heures deux personnes qui ont fait du vélo en Afrique!

Le premier vient de faire un film sur son voyage à vélo d’Istanbul au Cap. Je lui demande de nous donner un conseil et il répond “Toujours continuer à pédaler, toujours tout droit”.

Le deuxième nous arrête en pleine route pour nous demander notre destination. Il revient d’un voyage à vélo de deux mois en Afrique du Sud et nous recommande de visiter quelques sites internet.

Ces deux rencontres nous mettent du baume au cœur et c’est de très bonne humeur que nous plantons notre tente dans l’un des nombreux campings de Dunkerque.

Le lendemain, nous pédalons encore 30 km  dans le zoning industriel de Dunkerque (Ah, charmante France du Nord!) avant de parvenir au ferry qui fait la liaison jusqu’à Douvres. Nous apprenons que le Royaume-Uni sont en proie à de gigantesques inondations suite à une tempête. Nous en sentons les effets: la traversée de la Manche est extrêmement houleuse.

A l’origine, nous avions pensé faire le trajet Bruxelles-Oostende-Ramsgate-Londres en 4 jours. Malheureusement, à Oostende il n’est pas possible de mettre son vélo sur le bateau. Oh bien sûr, on peut mettre un vélo dans une voiture qui va sur le bateau mais sans la voiture, ça ne marche pas…

Pour finir,  les 243 kilomètres parcourus pour arriver à Dunkerque nous permettent de vérifier notre matériel et de faire une petite liste de matériel manquant.

De Douvres nous mettons nos vélos sur le train jusqu’à Londres que nous traversons à vélo un vendredi soir en pleine heure de pointe. Une nouvelle petite victoire sur la mort…

Dans quelques heures, après avoir fait quelques courses, nous prendrons l’avion pour le Kenya.

Nous n’avons aucune idée de ce qui nous attend pendant ce voyage mais à en croire ces 4 premiers jours, cela risque bien d’être haut en couleurs!

Posted in Belgium, France, United Kingdom | Tagged , | 21 Comments

Le nouveau site

Et voila, on a, en fin, notre nouveau site. L’objective maintenant est juste de trouver comment ca marche avec les deux langues, donc, cet poste, c’est un test…

Posted in Belgium | 2 Comments