La fin?

Lorsqu’en novembre 2009 nous avons quitté notre pluvieuse Bruxelles sur nos vélos surchargés nous n’avions aucune idée de ce qui nous attendait.

Nous ne savions pas que l’un des 700 gorilles de montagne qui existent encore aujourd’hui allait faire semblant de nous charger alors que nous passions par une petite route dans les forêts Ougandaises.

Nous ne savions pas que le long de la côte du Mozambique nous allions être invités par quelques uns des milliers de paysans qui cultivent leurs terres juste au niveau de la mer, à partager une bière de noix de cajou.

Nous ne savions pas qu’en Tanzanie et en Namibie nous devrions remplir nos gourdes d’eau en creusant le lit de rivières asséchées, la seule manière d’obtenir le précieux liquide.

Nous étions partis pour faire un tour du monde à vélo et visiter des projets de permaculture en chemin. Nous savions depuis longtemps que l’environnement était important, mais nous pensions que nous avions le temps, que les choses n’étaient pas si graves que ça.

Seize mois et plus de 12.000 km plus tard, nous avions rencontré tellement de personnes, vu tellement de choses que nous nous sommes rendu compte que continuer à voyager en simples observateurs n’avait plus de sens pour nous.

La déforestation n’est pas un problème du futur – les gorilles sont en voie d’extinction aujourd’hui. Le changement climatique n’est pas un concept abstrait- il peut inonder les côtes du Mozambique demain. La sècheresse et l’accès à l’eau potable ne sont pas des luttes temporaires- c’est la vie quotidienne de 700 millions de personnes dans le monde aujourd’hui et ce nombre ne fait qu’augmenter.

L’Afrique nous a convaincus qu’il était extrêmement urgent que nous passions tous à l’action pour l’environnement. Parce que l’environnement ne peut plus être dissocié des causes sociales. Parce que l’Homme ne peut vivre sans environnement.

Nous avons alors eu l’idée de continuer le voyage en Amérique Latine – en transport en commun cette fois-ci- pour filmer les gens qui travaillent déjà sur les solutions, de partager leurs expériences et de montrer comment chacun d’entre nous peut passer à l’action dans sa propre communauté. Le Sommet de la Terre Rio+20, la plus grande conférence internationale dans l’histoire des Nations Unies, avec pour thème le développement durable, devint notre destination.

Trouver les gens qui travaillent sur les solutions fut beaucoup plus facile que nous le pensions initialement. Tout pays, toute ville a une masse de gens qui travaillent sur les solutions environnementales. Le plus difficile pour nous fut d’apprendre à faire des films, gérer un site internet et les réseaux sociaux, de trouver un équilibre entre le travail que notre nouveau projet exigeait et les heures passées dans les transports en commun jusqu’à Rio- tout en essayant de profiter aussi des paysages et cultures incroyables que nous traversions.

En Amérique Latine comme en Afrique, ce sont les rencontres que nous avons faites qui étaient les expériences les plus fortes. Comme lorsque nous avons fêté Noël dans une communauté indigène dans la forêt Amazonienne, en dansant et partageant de la bière de yucca, lorsque nous poussions un tracteur le long d’un chemin de boue du Chiapas sous la pluie et en pleine nuit, ou encore lorsque nous étions debout à 4 heures du matin dans une ferme le long de la côte Equatorienne pour accompagner les fermiers lors de leur préparation pour le marché hebdomadaire. Dans ces moments, nous nous sommes rendu compte de l’incroyable résilience, de l’humilité et de la détermination des gens qui essaient de résoudre nos problèmes environnementaux. Ils ont été – et sont encore- notre plus grande source d’inspiration.

Si nous pouvions tous être à moitié aussi motivés que les paysans qui plantent des arbres dans le Chiapas, les communautés indigènes qui protègent la forêt Amazonienne ou les fermiers équatoriens qui sacrifient leur sommeil pour apporter des produits bio aux communautés urbaines défavorisées, alors le monde pourrait changer du jour au lendemain.

Après 14 mois de voyage en Amérique Latine, nous sommes arrivés au Sommet de Rio où les dirigeants de 130 pays se sont réunis pour discuter le développement durable. L’opportunité était énorme – océans, subsides pour les énergies fossiles, les nouveaux objectifs pour le développement durable- ce Sommet devait être l’endroit où les nations devaient s’unir pour se mettre d’accord sur des objectifs mesurables et de mettre de l’argent sur la table pour les réaliser.

Bien sûr, rien de tout cela n’est arrivé. Les négociations furent un échec et dans les termes du Directeur de Greenpeace, le document final n’est autre que “la plus longue note de suicide dans l’histoire de l’humanité”. Une grande opportunité de construire un monde meilleur nous a échappée à Rio.

Cet échec ne change donc rien aux problèmes qui nous font face.

  • Dans l’arctique Russe, des fontaines de méthane ont été découvertes ce qui suggère que le méthane qui était jusque là sous le sol de la mer est en train de remonter à la surface, un développement potentiellement catastrophique pour la vie sur la planète.
  • L’étendue de glace arctique est au plus bas et en bonne voie pour battre le record (de 2011).
  • Sans parler des inondations aux quatre coins du monde (Royaume-Uni, Inde, Russie, Japon, etc) et les feux de forêts en Sibérie, notamment.

Tous ces évènements sont exactement ce que les scientifiques prédisent depuis des années sur la base des modèles qu’ils ont développés. Et tout ceci n’est qu’un début. Lorsque nous sommes partis en 2009 nous pensions que les gros problèmes environnementaux pouvaient être évités avec un peu de bonne volonté et d’action. Nous pensions que nous serions OK. Près de 1000 jours plus tard, nous savons que ce n’est pas le cas. Le monde est déjà en train de chauffer et c’est trop tard pour l’arrêter. Nos gouvernements ne vont pas agir (à temps) et il est inutile de l’espérer. Ce que nous pouvons encore changer c’est le degré de réchauffement et éviter la catastrophe totale. Et pour cela, nous devons tous passer à l’action.

Il y a une très bonne nouvelle. La bonne nouvelle c’est que les solutions existent déjà et qu’elles sont magnifiquement simples. Nous n’avons pas besoin de nos gouvernements (sauf bien sûr, s’ils veulent travailler avec nous) pour les appliquer. Les grandes entreprises cesseront de polluer lorsque nous cesserons de leur donner notre argent pour le faire. Pour planter des arbres, construire des communautés résilientes, sauvegarder des semences nous n’avons besoin que de notre propre énergie et de notre détermination.

Et les choses peuvent changer rapidement.

Lorsque nous sommes partis, la Tunisie, la Libye et l’Egypte étaient gouvernées par des dictateurs sans vergogne. Les Indignés, #occupy, et la pléthore de mouvements étudiants aujourd’hui dans les rues du monde n’existaient pas. Les gens agissent, les gens se lèvent et demandent le changement, il y a un véritable mouvement là dehors, qui grandit chaque jour et qui se bat pour avoir un avenir, tout simplement.

L’humanité est dos au mur et il appartient à chaque individu de décider pour lui même ce qu’il veut faire à partir de ce constat. Et si nous avons certainement dans le passé jugé durement les choix des autres, nous avons rencontré trop d’êtres humains pendant ces 1000 jours de voyage que pour avoir encore envie de le faire.

Mais pour nous, les petits permacyclistes, notre choix est fait.

Dès qu’Anna aura obtenu sa carte verte pour les Etats-Unis, nous irons nous installer à Woodstock dans l’Etat de New York où notre amie Megan possède un petit bout de terre. Nous allons tenter de créer un mode de vie plus durable et plus résilient en adoptant au quotidien les conseils et idées que nous avons glanés en cours de route.

Nous voulons planter des arbres. Nous voulons cultiver notre nourriture. Nous voulons faire partie d’une communauté résiliente et solidaire. Nous voulons sauver les semences de variétés anciennes. Nous voulons rejoindre le Mouvement de Transition et participer aux actions de 350.org. Nous voulons être des cyclistes quotidiens.

Via notre site internet et les réseaux sociaux, nous désirons partager avec tous ceux que cela intéresse le restant des belles initiatives que nous avons visitées en Amérique Latine, celles que nous visiterons en Belgique et aux USA et puis aussi, nos propres expériences lorsque nous nous installerons à Woodstock.

Nous vous proposons donc de nous accompagner encore pour un petit bout de chemin si vous le désirez. Et si vous décidez de nous laisser ici, nous vous remercions de nous avoir suivis jusqu’à présent et nous espérons avoir pu vous donner quelques bonnes idées de voyage ou d’actions environnementales à mener dans votre communauté.

Pour nous, le vrai voyage commence maintenant et nous espérons que le vôtre vous rende aussi heureux que nous l’avons été sur les routes du monde.

Posted in Argentina, Belgium, Bolivia, Botswana, Brazil, Chile, Colombia, Costa Rica, Ecuador, El Salvador, France, Guatemala, Honduras, Kenya, Lesotho, Malawi, Mexico, Mozambique, Namibia, Nicaragua, Panama, Peru, Rwanda, South Africa, Swaziland, Tanzania, Uganda, United Kingdom, Uruguay, USA, Zambia | 9 Comments

Argentina and Civil Disobedience

Bonjour à toutes et à tous,

Nous avons l’immense plaisir de vous écrire depuis Rio de Janeiro! Enfin! Après plus de 930 jours de voyage, plus de 12.000 km sur nos vélos en Afrique, plus de 730 heures de bus, bateau, etc en Amérique Latine, nous sommes arrivés juste à temps pour assister au Sommet de la Terre Rio+20.

Nous sommes bien sûr ravis d’être ici mais nous n’avons pas encore eu le temps de célébrer; nous sommes pris dans un tourbillon d’activités autour du Sommet. Ainsi, nous avons l’honneur de faire partie de la délégation officielle d’ATD Quart Monde et de pouvoir présenter nos vidéos au Sommet des Peuples le 19 juin (si vous êtes dans le coin, vous êtes le bienvenu).

Nous comptons par ailleurs poster quotidiennement des photos et des articles pour partager avec vous l’expérience de Rio+20 en espérant vous offrir une vision différente de celle des médias de masse.

Et puis en chemin, nous n’avons pas chômé et nous avons le grand plaisir de vous présenter notre 11ième vidéo, en Equateur toujours (un pays fantastique) où une petite association d’agriculteurs bio a décidé de tenir tête au maire de la ville qui a décidé d’interdire la vente directe du producteur au consommateur (dans l’idée de rendre sa ville plus propre). Cette loi ayant des répercussions très négatives sur la vie des agriculteurs, ils ont décidé de désobéir civilement. Un bel exemple de courage et de création de communauté.

permacyclists.com/lang/fr/projets-projects-2/fecaol/

Il y a aussi les photos de l’Argentine (on a un peu de retard, désolés) que nous vous invitons à découvrir.

permacyclists.com/lang/fr/photos-photos/argentina/

C’est tout pour l’instant, nous tenons à vous remercier pour tous vos commentaires et encouragements tout le long de ce chemin qui a duré plus de deux ans et demi. Merci pour votre soutien qui nous a donné force et espoir dans les moments les plus difficiles. Nous avons été honorés de pouvoir partager nos expériences avec vous.

Mais nous avons encore beaucoup de vidéos à publier et d’autres idées à tester, donc ne vous en allez pas!

A bientôt,

Anna et Dave.

Posted in Argentina, Ecuador | 2 Comments

Les Nouvelles

rtbf.be/radio/player/lapremiere/podcasts?c=LP-BBDM&e=1009

Hello, hello à toutes et à tous,

Et voilà, nous y sommes! Nous sommes arrivés sains et saufs (et 
exténués) au Brésil. Pas encore à Rio, que nous ne devrions atteindre 
que mi-juin à temps pour le Sommet Rio+20, mais nous sommes déjà à 
Porto Alegre.

Nouvelle langue, nouvelle(s) culture(s), nous avons deux mois pour 
découvrir une petite partie de ce pays-continent et nous en sommes 
ravis.

Nous profitons de ce message pour vous annoncer un autre grand jalon 
dans notre périple: notre dixième vidéo est en ligne. Il s’agit d’un 
superbe projet de gardiens de semences en Equateur, une activité 
essentielle si nous voulons vraiment sauver l’humanité (et je 
n’exagère même pas!).

A nouveau, en à peine 5 minutes, la vidéo vous expliquera l’essentiel 
sur ce sujet passionnant et dans un article qui l’accompagne vous 
trouverez tous les liens nécessaires pour reproduire cette action chez 
vous!

permacyclists.com/lang/fr/projets-projects-2/rgs/

Et puis, dans les prochains jours nous mettrons en ligne les photos de 
notre séjour de deux mois en Argentine ainsi que des articles sur 
d’autres beaux projets vus en Amérique Latine.

Enfin, un peu de pub pour nous: j’ai eu l’honneur de d’être 
interviewée par Adrien Joveneau pour l’emission Belges du Bout du 
Monde. Vous trouverez le podcast ici:

rtbf.be/radio/player/lapremiere/podcasts?c=LP-BBDM&e=1009

Et puis, pour ceux d’entre vous qui comprennent l’allemand, nous vous 
invitons à lire une interview donnée au magazine allemand “EVE” ici

eve-magazin.de/online-magazin/

En espérant lire vos réactions sur notre site ou sur notre page 
facebook, nous vous souhaitons une très belle semaine.

Bons baisers du Brésil,

Anna et Dave.

Posted in Ecuador | 2 Comments

Chile

Bonjour!

Un petit message pour vous annoncer que notre 9ième vidéo est en ligne. Il s’agit cette fois des débuts du mouvement mondial 350.org, un mouvement qui a de plus en plus de poids sur la scène internationale pour défendre notre belle planète.

www.permacyclists.com/lang/fr/projets-projects-2/350-2/

Et puis, pour ne pas vous faire faire un tour sur notre site pour rien, nous avons mis en prime quelques photos de notre trekking de 5 jours en Patagonie Chilienne.

http://www.permacyclists.com/lang/fr/photos-photos/chile/

Aujourd’hui, nous sommes toujours en Patagonie mais du côté argentin. Nous nous préparons pour une petite rando de 3 jours avant de nous remettre au boulot full time.

Bientôt Buenos Aires!

Merci pour votre fidélité et surtout, n’hésitez jamais à nous faire part de vos questions, remarques, commentaires. Nous avons besoin de vous pour améliorer la qualité de notre site!

Salutations ensoleillées,

Anna et Dave.

Posted in Chile | Leave a comment

Bolivie

Bonjour à toutes et à tous,

Nous espérons que le printemps a bien commencé pour vous!

Ce petit message pour vous dire qu’il y a deux nouvelles mises-à-jour sur le site: premièrement, un article que nous avons écrit sur un très beau projet de paniers bio vu en Equateur et deuxièmement, quelques photos de notre voyage en Bolivie.

Pour notre part, nous fêtons l’arrivée de l’automne dans l’hémisphère sud par un trek de 6 jours dans le fameux parc national Torres del Paine, en Patagonie chilienne.

En effet, afin de ne pas arriver trop tard dans la saison, nous avons dû filer de La Paz jusqu’ici (juste 81 heures de bus). D’ici, nous remonterons tranquillement l’Argentine avant de terminer notre voyage au Brésil en passant par l’Uruguay.

Alors voilà, nous profitons de la superbe lumière dans laquelle baigne cette partie des Andes – et qui nous rappelle nos pays!- et nous vous reviendrons en pleine forme pour la suite des évènements.

Au plaisir de vous lire,

Anna et Dave.

Dave and Anna

Posted in Bolivia | Leave a comment

Pérou

Bien le bonjour de Bolivie!

Un petit temps s’est écoulé depuis nos dernières nouvelles. Désolés! 
Nous avons reçu quelques visites ces derniers mois et puis, voyager au 
Pérou et en Bolivie durant la saison des pluies n’était pas une mince 
affaire.

Cependant, nous n’avons pas chômé non plus. Les deux prochaines vidéos 
sont prêtes mais vu la qualité de l’internet en Bolivie, nous n’aurons 
le plaisir de les partager avec vous qu’une fois arrivés en Argentine 
(d’ici une bonne semaine).

En attendant, nous vous proposons de un, quelques photos de notre 
séjour au Pérou, l’un des pays les plus magnifiques que nous ayons 
visité jusqu’à présent. Vous les trouverez en ligne ici

Posted in Peru | Leave a comment

L’Equateur

Bonjour à tous,

Nous avons le grand plaisir de vous montrer quelques photos de notre séjour de deux mois en Equateur. Nous n’avions pas d’attentes particuières de ce petit pays mais nous y avons vécu des moments absolument fantastiques.

Nous avons passé du temps sur la côte, dans les Andes et dans la forêt Amazonienne où nous avons fait des rencontres très spéciales. Nous avons aussi eu l’occasion de filmer trois très beaux projets que nous vous présenterons sous forme de vidéo d’ici quelques mois.

En attendant, nous espérons que cette série de photos vous donnera l’envie de visiter ce pays très spécial.

Par ailleurs, nous sommes bien arrivés au Pérou où – après quelques péripéties administratives suite au vol de nos passeports- nous avons aussi retrouvé dans la joie et la bonne humeur la maman de Dave.

Nous mettrons plus de photos et de vidéos en ligne prochainement.

Nous vous souhaitons tous le meilleur pour 2012 et espérons que vous continuerez de visiter notre site régulièrement!

Posted in Ecuador | 1 Comment

La Colombie

Voici enfin les photos de notre séjour en Colombie.Un pays absolument superbe, fascinant et divers que nous vous recommandons chaudement. Pour notre part, la Colombie était un vrai coup de coeur.

Pour ceux d’entre vous qui se demandent  où sont nos récits de voyage, nous devons vous dire que malheureusement, nous n’avons plus le temps d’en écrire. Et puis, le voyage en bus n’est certainement pas aussi intéressant que le voyage à vélo. Vous ne ratez donc pas grand chose…

Cependant, nous continuerons de poster des photos régulièrement car finalement, nous voyons beaucoup de jolies choses.

Nous concentrons donc toute notre énergie sur la partie “projets” et nous essayons de vous offrir une vidéo par mois où vous pouvez découvrir les personnes fascinantes que nous rencontrons en chemin. Nous allons aussi prochainement introduire des petits articles sur de chouettes projets écolos que nous voyons mais que nous ne pouvons pas filmer faute de temps.

En espérant que notre site vous donne de l’inspiration et l’envie d’agir chez vous, nous vous souhaitons d’ores et déjà de joyeuses fêtes!

Posted in Colombia | 3 Comments

Amérique Centrale

Nous sommes fraîchement arrivés en Colombie d’où nous partons à la découverte d’un tout nouveau continent!

Pour fêter l’occasion, voici une petite sélection de photos de nos deux mois en Amérique Centrale.

Nous espérons que certaines vous plairont et comme toujours, merci pour votre fidélité!

Posted in Costa Rica, El Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama | 1 Comment

Mexique

Les photos sont disponibles ici.

Pour plus de photos et de nouvelles, cliquez like sur notre page Facebook.

J’avoue que je n’avais qu’une très vague idée de ce que nous allions découvrir au Mexique. Principalement parce que je ne lis jamais le guide touristique avant de me rendre dans un pays inconnu. Si j’avais su, peut-être ne serais-je pas devenue végétalienne juste avant d’y entrer.

En prenant cette décision, je ne m’étais pas du tout imaginée que les Mexicains eux, ne consomment quasiment que des protéines animales sous toutes les formes possibles et imaginables et que durant tout le voyage, ma détermination serait mise à bien rude épreuve!

J’étais également assez ignorante de la situation au Mexique parce qu’aux USA, on nous avait dépeint un pays en pleine guerre civile où les narcos contrôlent tout et où le gringo est en danger de mort constant. Je m’attendais donc à retrouver un petit goût d’Afrique sub-saharienne en passant la frontière.

C’est là qu’on a commencé à mieux comprendre le concept de pays émergent et surtout, de voir à quel point l’Afrique sub-saharienne est un autre monde! Nous avons donc passé deux mois au Mexique à essayer de sortir de notre “mode Afrique” où nous nous étonnions à chaque coin de rue de découvrir des librairies bien fournies, des galeries d’art et des cafés stylés, des petits hôtels pas chers et confortables, des connexions wifi omniprésentes, des musées spectaculaires, des classes moyennes qui passent leur samedi à faire du pédalo sur des étangs artificiels, des milliers de restaurants bondés (et même des restaurants végétaliens!), des stations d’autobus qui ressemblent à des aéroports, une activité économique vrombissante et pleins d’autres choses qui font que voyager au Mexique, finalement, c’est un jeu d’enfant.

On ne s’en plaint pas trop parce que pour travailler sur notre nouveau projet nous avons besoin d’électricité, d’internet et de cafés calmes. Mais l’aspect aventure du voyage est presque complètement perdu dans tant de confort et on s’embourgeoise rapidement! Et puis, nos vélos nous manquent toujours autant…

Alors que nous étions étonnés de découvrir un Mexique riche, nous avons rencontré beaucoup de Mexicains – et pas les plus pauvres- qui se plaignaient de la vie difficile dans leur pays “en voie de développement” (!) et que pour nous qui venions d’Europe ou des USA, la vie était très facile. Au-delà de l’ignorance sur la réalité sociales dans nos pays et ceux qui sont véritablement en voie de développement que ce genre de remarque reflète, nous y avons retrouvé – comme chez beaucoup de Sud Afs blancs – un complexe d’infériorité qui les empêchent de voir les forces de leur pays. C’est bien dommage car des aspects positifs, le Mexique en a toute une série!

Nous étions, par exemple, impressionnés par la manière dont les Mexicains ont su garder une culture qui leur est propre malgré l’influence indéniable de leur voisin au Nord. Je devrais plutôt dire des cultures qui leur sont propres. D’un côté, le voyageur baigne dans une culture populaire très forte où une soirée typique consiste à manger des tacos à la langue de bœuf à la taqueria du coin, puis d’aller encourager son lutteur favori à un match de Lucha Libre – imaginez des hommes et des femmes en lycra moulant et fluo avec un vague look de Bioman en train de faire semblant de se frapper dessus sur un ring – avant de finir la nuit en buvant des bières saupoudrées de piment rouge au son de la trompette et de la guitare des mariachis qui pour quelques pesos chantent des chansons traditionnelles ad nauseam.

De l’autre côté du spectre, il y a les peuples indigènes qui luttent depuis des années pour que leurs traditions puissent trouver une place ailleurs que dans les musées d’anthropologie. Les indigènes constituent, selon les sources, entre 10% et 30% de la population Mexicaine (la variation dans les chiffres dénote un malaise certain par rapport à la question). Nous avons eu la chance d’être à Oaxaca le jour où se tenait le festival annuel de danses traditionnelles “Guelaguetza”. C’était magnifique mais il s’agissait aussi d’une sorte de façade pour le monde extérieur: l’évènement est sponsorisé par Coca-Cola et s’il est certain qu’il attire un grand nombre de spectateurs, il est aussi boycotté par nombre d’indigènes pour des raisons politiques. Il est impossible de ne pas se rendre compte des tensions qui existent entre les populations indigènes et le reste de la population Mexicaine (dont 60% serait métis).

Nous avons remarqué qu’ici comme ailleurs, il semble que bien souvent la couleur de la peau définit la classe sociale.

Au Chiapas où une partie des terres sont entre les mains des communautés indigènes (personne ne peut s’approprier la terre et toutes les décisions doivent être prises par une assemblée générale) nous avons entendu parler régulièrement d’un autre problème inquiétant. Il se trouve que régulièrement, le gouvernement a des grands projets de construction d’autoroutes, de bases militaires ou de barrages hydro-électrique sur ces terres (souvent couvertes des forêts vierges précieuses ou des parcs nationaux) et qu’il tente par tous les moyens de semer la zizanie dans les communautés – sous prétexte de guerre contre les narcos notamment- pour parvenir à ses fins.

C’est dans ce contexte que nous avons été particulièrement impressionnés par le travail des Zapatistes dans la région du Chiapas. Beaucoup de gens (même non Zapatistes) nous ont expliqué que la révolution lancée en 1994 a changé la vie de milliers de gens car enfin, le gouvernement a été obligé de reconnaître qu’il y avait de sérieux problèmes dans cette région très pauvre. Aujourd’hui, beaucoup de personnes ont un accès à l’eau potable, l’électricité et à des routes là où il y a 10 ans il fallait marcher pendant 5 jours dans la forêt vierge pour atteindre une clinique mal entretenue (on nous a expliqué que les projets d’autoroutes du gouvernement sont redondants car il y a déjà suffisamment de routes dans la région).

De ce que nous avons pu voir des infrastructures, le gouvernement Mexicain n’est certainement pas le pire et il est évident qu’il fait face à des défis énormes – le trafic de drogues international ou un taux d’obésité particulièrement inquiétant n’étant que deux exemples parmi cent- mais, à une époque où beaucoup de gouvernements prennent des décisions qui mettent en danger les générations futures, nous avons trouvé très inspirants la conscience politique et l’activisme des Mexicains: professeur d’université ou paysan avec une instruction limitée, tous ont une opinion sur leur gouvernement et tous prennent très au sérieux leur rôle de citoyen.

C’était très éclairant de traverser ce gigantesque pays du Nord au Sud: des cow-boys du désert de Sonora aux peuples indigènes dans les forêts tropicales du Chiapas en passant par les stations balnéaires envahies par les gringos et les métropoles grouillantes de vie telles que Guadalajara et Mexico City, le Mexique est un pays richissime qui nous a laissé un goût de trop peu.

Nous vous écrivons du Guatemala où nous découvrons un tout nouveau monde! Plus au prochain épisode…

Posted in Mexico | Tagged , , , , , , , , , , | Leave a comment