Western Cape

(Photos disponibles ici)

C’est non sans peine que nous nous sommes arrachés à Cape Town.

Non seulement parce qu’il s’agissait d’une toute grande étape – très attendue – dans notre voyage mais aussi parce que Cape Town a immédiatement été propulsée dans le top 3 de nos villes préférées (avec Istanbul et Portland, Oregon). Son architecture nous donnait l’impression de circuler dans une version plus humaine de Manhattan et son côté alternatif nous a offert marchés bio, galeries d’art et boutiques avec personnalités. Nous avions l’impression d’être arrivés dans un nouveau “chez nous”.

Le flux incessant de belles rencontres n’a rien enlevé à la magie de notre séjour au Cap: nous avons été invités à un braai (= barbecue sud-africain, une passion nationale) et un tour de la ville par Hanlie et Wim (qui nous ont hébergés en passant), nous avons été tirés jusqu’au sommet de Table Mountain par Jaco et Stéphanie et notre matériel a été magiquement réparé par Geoff et Catherine. Dur, dur donc de quitter ce petit monde et de se remettre en selle après une semaine!

Les paysages spectaculaires qu’offre la côte à la sortie de Cape Town ont cependant eu raison de notre tristesse et c’est avec beaucoup de plaisir que nous avons fait l’un des plus beaux trajets depuis le début du voyage. De grandes montagnes superbement érodées se jettent dramatiquement dans l’Océan Atlantique qui à cette époque-ci de l’année regorge de baleines franches australes. Il est possible d’en voir des dizaines et des dizaines lorsqu’on prend le temps de s’installer sur la rive. Nous avons aussi vu de près des pingouins africains et des otaries. Nous avons pédalé jusqu’à la pointe la plus au Sud du continent où se rejoignent l’Océan Atlantique et l’Océan Indien dans un beau paysage de dunes blanches. Nous avons rencontré un chocolatier belge exilé sous le soleil sud-africain depuis 40 ans a qui nous avons acheté du vrai chocolat (nous sommes encore à la recherche d’un brasseur belge…).

Par ailleurs, abstraction faite de la pluie et du vent, c’est un jeu d’enfant de voyager à vélo dans cette partie-ci de l’Afrique du Sud. Les routes sont bonnes, les endroits où loger confortables et accessibles (douche chaude tous les jours!) et il est facile de trouver de la nourriture introuvable au Nord (pain, fromage, café filtré etc).

Nous avions été avertis il y a un petit temps déjà par les blancs rencontrés  plus au Nord que nous allions enfin retrouver “la civilisation” en Afrique du Sud.

En effet, nous avons retrouvé “la civilisation” et nous avons souvent eu l’impression que pédaler ici, aux USA ou en Europe serait la même chose.

Cependant, comme dans nos pays d’origine, il est presque impossible de fuir les millions de 4×4 neufs transportant une seule personne (dont le prix d’achat pourrait nourrir un village africain (lire “non-civilisé”) pendant 5 ans), il est impossible de ne pas remarquer le nombre absolument délirant de personnes obèses dans les rues (un tiers des sud africains!!!), le nombre de chaînes de supermarchés et de fast-food dont les poubelles sont remplies de nourriture, le nombre incroyable de résidences secondaires énormes qui bouffent espace et énergie ô combien vitaux et qui restent vides 11 mois par an, les millions d’hectares complètement dénués d’arbres, érodés jusqu’à la roche et plantés de monocultures qui vont nourrir des animaux plutôt que des hommes et lorsque l’espace n’est pas entièrement déforesté, il y a, à la place des forêts originales, des plantations de pins servant à la construction d’encore plus de résidences pour riches. Partout, nous voyons des panneaux expliquant que la région est quasiment sans eau due à une sècheresse exceptionnelle…

S’il y a peut-être des gens qui ne sont pas touchés par le fait que l’environnement est presque complètement détruit, j’ose croire que traverser les bidonvilles à vélo (et non pas à 150 km/heure dans une voiture climatisée) où s’entasse une masse humaine à la peau noire et sans le sou ne les laisserait pas indifférents.

Depuis près d’un an, nous pédalons dans du délire mais ici, c’est vraiment le sommet! Le pire c’est que beaucoup pensent que l’Afrique du Sud devrait servir de modèle pour les autres pays africains…

Heureusement, après avoir pédalé des jours de suite parmi les champs de blés déprimants et le long de la fameuse “Garden Route” – le joyau touristique de la région qui est censé être une forêt indigène superbe mais qui se transforme lentement mais sûrement en une énorme plantation de pins (plus de 80% de la forêt ont été coupés depuis 1960), nous sommes tombés sur un petit paradis.

Il s’agit d’une auberge de jeunesse ultra écolo, situé à 800 km à vélo de Cape Town, où nous campons parmi les montagnes et une vraie forêt aux allures de jungle. Il y a aussi un potager permaculture, un centre d’éducation à l’environnement où tout se réutilise et se recycle, de grandes ballades à faire et surtout une équipe très motivée qui nous a accueillis à bras ouverts. Nous avons donc décidé de nous installer ici pendant une semaine, le temps de les aider à arracher les arbres acacia mearnsii  dans leur forêt ou à cuisiner en échange de délicieux repas végétariens (oui, je perçois l’ironie dans le fait que nous gagnons notre croûte en arrachant des arbres mais il s’agit de l’espèce d’arbre la plus envahissante de la planète). On y rencontre aussi des voyageurs très intéressants avec qui nous échangeons sur tous les sujets qui nous passionnent. Bref, nous sommes ravis!

Donc voila, le meilleur et le pire en l’espace d’un mois. J’aimerais pouvoir vous raconter que le monde est beau et que tout va bien mais au lieu de cela, je me rends compte avec tristesse que les mots-clés décrivant le mieux ce que nous voyons pendant ce voyage (et avant!) sont pollution, déforestation, désertification et misère humaine….  Sincèrement, si vous avez des enfants, des petits-enfants, des nièces, des neveux, des filleul(e)s ou des amis avec des enfants, bougez maintenant car tout n’est pas perdu et il y a des millions de choses à faire pour rectifier le tir! Lorsque je vous écris d’ici, sur le balcon d’une auberge avec vue sur une superbe forêt indigène en attendant un repas local, bio, végétarien et bon marché, je me dis qu’il y a des millions d’initiatives déjà en place qui n’attendent que nous pour les aider.

Demain, nous retournons sur Cape Town où nous ferons une retraite de méditation silencieuse pendant dix jours avant de retrouver la famille de Dave début novembre. Après cela, nous aimerions travailler sur une ferme pendant 2 semaines avant d’emmener notre amie Megan au Lesotho pour y faire de la randonnée.

Bref, plus de vélo pour nous pendant presque deux mois! Ils vont nous manquer mais nous sommes tout de même super excités par la suite du programme. Nous espérons que ce petit update vous trouve en pleine forme et n’hésitez jamais à nous faire part de vos commentaires!

This entry was posted in South Africa and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Western Cape

  1. Vinois Martine says:

    Ma très chère Annabelle je lis avec intérêt tout ce que tu écris
    C’est super chouette de pouvoir vous suivre d’expériences en expériences…
    Comme j’aimerais être avec vous moi qui grandit d’expérience…
    Tout le mois de novembre je chante dans un groupe de Gospels cela pour la bonne cause tuberculose et lèpre…
    Je vous embrasse tous les deux et vous souhaite une belle retraite: j’en ai faite une cet été à cheval ( elle s’appelait Luna!) entrecoupée de chants et de rites chamaniques avec 7 autres femmes au milieu de la forêt…

  2. Brian Savelson says:

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    !!!!!!!!!!!!!!!HAPPY BIRTHDAY DAVID!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  3. Charlute says:

    You guys are truely amazing, it looks absolutely fabulous. Traveling so close to the land and the people must be so rich! Vous n’êtes pas à bout de force? Je vous lis avec grand intérêt :)
    Charly

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>