Le Rwanda

(Photos disponibles ici)

(Des infos pratiques pour les cyclistes disponibles ici)

Lorsque nous avons quitté Kabale en Ouganda, nous étions particulièrement impatients de découvrir un nouveau pays. Nous avions déjà quelques idées sur la situation actuelle au Rwanda car nous avions lu plusieurs livres sur le génocide et le post-génocide et nous avions beaucoup discuté avec Charles, mon ancien collègue.  Charles a dû fuir son pays en avril 1994 et vit en Belgique depuis lors où il travaille comme avocat et prof d’université. Il est un sage parmi les sages et a été pour nous une source d’informations précieuses sur le Rwanda.

DSC01460Nous n’étions donc pas complètement ignorants lorsque nous y sommes entrés. Ainsi, nous savions déjà que les Belges n’y étaient pas les bienvenus et que les Américains sont les grands amis du gouvernement. Je paie 60 $ pour un visa de 15 jours. Dave quant à lui rentre gratuitement pour 90 jours.

On peut les comprendre: au Rwanda comme au Congo, le colonisateur belge a importé sa petite mentalité de tribaliste primaire. Partout où il a été, le Belge a pris soin de monter une ethnie contre une autre créant ainsi des divisions qui continuent d’avoir des conséquences mortelles aujourd’hui dans les deux pays. Ce qui est du pain béni pour le gouvernement Rwandais dont la version officielle de l’histoire du Rwanda consiste à dire que tout est de la faute des belges et qu’il est évident que les Hutus et les Tutsis auraient pu vivre en paix si les belges n’étaient pas venus. D’ailleurs, aujourd’hui il n’y a plus que des Rwandais. Pas de Hutus, ni de Tutsis. Mais malheur au Hutu qui prend un peu trop de pouvoir ou de place. Un accident de voiture est vite arrivé…

DSC01464Étonnamment, tout le monde nous a abordé en anglais dès notre entrée. En effet, il y a un an de cela, Kagame a fait de l’Anglais la deuxième langue nationale (après le Kinyarwanda que tout le monde parle). Le Rwanda est aussi entré dans le Commonwealth par la même occasion.  Alors qu’il n’y a qu’un pourcentage minime de la population qui parle anglais, même les villageois nous adressent la parole en anglais. Bien sûr, ils ne connaissent qu’une phrase ou deux mais la rapidité avec laquelle la population a adopté l’Anglais laisse à penser qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond…Nous avions la vague impression de commettre un délit lorsque nous parlions Français.

Les paysages rwandais ne sont pas fort différents de ceux de l’Ouganda: des plantations de bananiers succèdent aux plantations d’eucalyptus (nous n’avons pas vu d’autres espèces d’arbres), les villages sont construits au sommet des montagnes et les vallées sont couvertes par des plantations de thé.

Comme le Sud-Ouest de l’Ouganda, le Rwanda est surpeuplé. Il y a une densité de population de 394 habitants par km2. Il y a des villages et des gens partout. Lorsque nous arrivons à Kigali nous sommes déjà – ou encore-  épuisés moralement et prêts à prendre quelques jours de break. Heureusement, via le site de couchsurfing, nous tombons sur Nicolas, un instituteur belge vivant à Kigali et sa compagne Blandine, d’origine Congolaise, qui a grandi au Burundi.  Une fille très impressionnante qui ne compte plus le nombre de guerres qu’elle a vécue. Très chaleureusement, Nico et Blandine nous ouvrent les portes de leur maison. Ils partagent les vues de Charles (et d’autres encore) sur le Rwanda et nous apprenons beaucoup de choses sur la vie à Kigali.

DSC01465La ville de Kigali est différente des autres villes d’Afrique de l’Est que nous ayons vues jusqu’à présent. Elle est très propre, routes pavées, énormes rond-points fleuris, trafic fluide avec des feux tricolores et des passages pour piétons. Ceci amène certains coopérants à se plaindre de Kigali parce que n’étant pas assez chaotique à leur goût, elle n’est pas vraiment africaine…Il vaut mieux entendre cela que d’être sourd.

Un samedi matin par mois, tous les gens de Kigali doivent nettoyer la ville; les chauffeurs de moto-taxis ont un numéro de matricule, ne peuvent prendre qu’un seul passager à la fois et les deux doivent porter un casque (il faut avoir vu Kampala pour vraiment comprendre ce que cela veut dire), les vélos sont interdits d’accès au centre-ville (personne ne nous a rien dit cependant),  il y a du wifi partout et je ne serais pas étonnée d’apprendre qu’il y a une loi contre le bruit. La ville est un peu trop calme…

Évidemment, les dollars du contribuable américain ont largement  contribué au développement de la ville.  Heureusement pour Kagame, ce contribuable vit dans l’ignorance et si par hasard, il devait commencer à s’intéresser au Rwanda, il y a toujours le film “Hotel Rwanda” pour répondre à ses questions (mais il est invité à ne pas chercher plus loin).

Nous sommes restés 5 jours chez Nico et Blandine et nous nous sentions complètement déprimés. Nous ne savions pas très bien pourquoi mais nous n’avions plus très envie de faire du vélo au Rwanda ni même en Afrique en général.

Evidemment, aller visiter le mémorial pour le génocide à ce moment-là ne nous a pas beaucoup aidé.

A l’horreur indescriptible de cet événement s’ajoute l’affront de la version officielle de l’histoire du Rwanda que le touriste ignorant est censé avaler. Ainsi, il n’y a pas un mot sur le Burundi où des massacres de Hutus ont été menés par des milices Tutsis, où le Président Hutu a été assassiné quelques mois avant avril 1994, il n’y a pas un mot sur le Congo où Kagame et ses amis (notamment ce cher Museveni, président à vie de l’Ouganda) ont initié la plus grande guerre que l’Afrique ait jamais connue, provoquant ainsi la mort de 3 à 4 millions de personnes (les chiffres sont encore âprement discutés mais c’est ENORME). Tout ceci sous couvert notamment de lutte contre les interahamwe (milice Hutu largement responsable des monstruosités de 1994). A son paroxysme, la guerre impliquait huit pays africains qui ont allègrement pillé le Congo. Mais les Occidentaux n’ont pas perdu le Nord, rassurez-vous, et ils ont contribué directement ou indirectement au pillage comme les autres en soutenant telle ou telle milice.

DSC01472Il est évidemment embêtant que les Congolais aient justement décidé de vivre sur nos réserves de matières premières.

Nous avons contemplé l’idée de faire du vélo au Congo (au Katanga) mais il paraît que le Congo est dans un tel état de destruction qu’il est impossible d’y aller sans risquer une arrestation ou pire. Pas de Congo donc même si en tant qu’arrière-petite-fille d’un colonisateur belge, je me sens l’obligation (et l’envie) d’aller payer mes respects à ce peuple qui a tant souffert pour le bien-être de pays étrangers.

Donc, lorsque nous sommes sortis du mémorial de Kigali, nous nous sommes rendus compte que nous en savions un peu trop sur le régime actuel au Rwanda que pour rentrer dans notre rôle de touriste modèle. Nous étions censés payer 500 $ (qui vont directement dans les caisses de cette dictature militaire) pour aller s’extasier sur les gorilles et puis visiter mémorial sur mémorial. Il y a notamment un mémorial assez particulier: il s’agit d’une école où tous les corps des élèves massacrés en 1994 ont été conservés et remis derrière leurs pupitres. Dans une culture où les gens se saignent aux quatre veines pour enterrer leurs morts, un tel mémorial est particulièrement choquant.

Sombrant de plus en plus dans la déprime, nous avons décidé de quitter le Rwanda plus tôt que prévu et de laisser tomber le Burundi (qui est cher et relativement unsafe surtout à l’approche des élections) pour filer tout droit sur la Tanzanie.

DSC01547Nous avons appris par la suite que notre malaise à Kigali n’était pas si injustifié que cela car il y a eu 3 attentats à la grenade la semaine suivant notre départ. Sarkozy est venu rendre visite à Kagame pour présenter les excuses officielles de la France pour son comportement durant le génocide. Les Français voudraient comme les autres pouvoir participer plus facilement au pillage meurtrier du Congo.

Que voulez-vous, le monde a besoin de ses téléphones et  de ses ordinateurs portables, de ses bijoux et de son pétrole.

C’est ça le progrès. Et tant pis s’il y a des Africains qui en meurent.

()

This entry was posted in Rwanda and tagged , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Le Rwanda

  1. Lahaye says:

    Je ne sais vraiment pas quoi penser de le façon de présenter les choses ! Peut-être n’avez-vous qu’une idée reçue de la réalité, une vue tellement superficielle, quasiment inexistante, et oui, à vous lire, on peut parler d’une certaine petite mentalité….P.L.

  2. Bonjour P.L.,
    Merci de votre réaction qui nous permet de relire les textes que nous avions écrit à l’époque. En relisant ce que j’expliquais sur le Rwanda, je suis parfaitement d’accord avec vous que je n’étais pas très diplomatique et que vu de loin, cela peut paraître même tout à fait superficiel comme “analyse” (cela reste un blog de voyage avant tout!). Sans pour autant renier le fond, il me semble en effet qu’aujourd’hui je changerais la forme et que ma colère est moindre aujourd’hui. Il ne faut pas oublier non plus que début 2010, nous venions de commencer notre voyage et que la région n’est pas la plus simple (la Tanzanie par exemple était beaucoup moins difficile moralement). Le Rwanda nous avait particulièrement touchés et nous y étions vraiment mal à l’aise (sentiment partagé par ailleurs par pas mal de personnes qui connaissent très bien le Rwanda). Par ailleurs, nous avons aussi depuis fait tout un travail de déculpabilisation (vu que je viens d’une génération qui juge le passé avec des standards d’aujourd’hui) et c’est un travail qui nous a pris de nombreux mois. Voyager comme Blanc aujourd’hui en Afrique est quelque chose de très compliqué et je reconnais que je suis partie avec pas mal de préjugés sur la colonisation passée et présente. Enfin, la phrase qui semble avoir retenue votre attention était surtout une critique de la Belgique actuelle (mais c’est mal dit, je le reconnais). Etant bilingue, j’ai toujours eu du mal à accepter les querelles linguistiques en Belgique et oui, je pense que nous avons une mentalité tribaliste qui nous empêche de faire beaucoup de belles choses. Voilà, j’espère que cette petite contextualisation sera utile d’une manière ou d’une autre. Bien à vous, Annabelle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>